top of page
Rechercher
  • audebouyssierenatu

Le plasma de Quinton : l'eau originelle comme élixir de Jouvence

Dernière mise à jour : 11 janv. 2022


La cure de plasma de Quinton est reconnu, dans le milieu de la santé naturelle, pour ses multiples bienfaits sur la santé humaine. Voici un extrait du Vidal, dictionnaire médical rassemblant les caractéristiques des médicaments des laboratoires pharmaceutiques, datant de 1975 :


PLASMA DE QUINTON

Eau de mer naturelle. Injectables, buvables, utilisables pour l’usage externe.

Le PLASMA DE QUINTON existe en deux concentrations :

1º Isotonique : PLASMA DE QUINTON 2º Hypertonique : DUPLASE DE QUINTON (Voir DUPLASE).



Composition : Dilution isotonique apyrogène d’eau de mer naturelle (pH 7,2), préparée en milieu stérile, par des procédés spéciaux sans élévation de température, sans contact métallique ni procédés électriques, de façon à conserver à l’eau de mer son équilibre moléculaire et son caractère de « milieu vivant ». Contient les 92 corps simples connus (et tous les oligo-éléments). L’eau de mer est prélevée à 10 m. de profondeur (zone de pénétration solaire) dans des conditions qui assurent toute sécurité quant à sa pureté.

Injections indolores avec très rapide résorption.


Propriétés : René QUINTON a démontré, en 1904, que le PLASMA DE QUINTON est identique physiquement, chimiquement, physiologiquement à notre milieu intérieur, ce qui permet d’y faire vivre dans les meilleures conditions les cellules isolées (en particulier, hématies et leucocytes) et les fragments de tissus. Il est possible de remplacer la masse sanguine d’un animal par du PLASMA DE QUINTON sans troubles pour l’organisme.


Mode d’action : 1º Régénération organique (remplacement graduel du milieu intérieur existant, appauvri ou à souillé). 2º Ré-équilibration (apport minéral, sous forme assimilable, par transminéralisation). 3º Recharge en oligo-éléments, sous leur forme naturelle ; de cette façon, ils exercent les uns sur les autres des actions de renforcement multiple (oligo-synergie). 4º Action infinitésimale, homéopathique, de certains de ses éléments.


Indications : 1º Nourrissons : Gastro-entérites, Toxicose, Athrepsie, Anorexie, Eczéma, Traitement prénatal, Prématurés. 2º Adultes : Anémie, Asthénie, Surmenage, Troubles de la sénescence, Vomissements de la grossesse, Gastro-entérites, Constipation, Dysenteries, Colibacillurie, Tuberculose pulmonaire et externe, Sclérose en plaques. 3º Gynécologie : infections et congestions utéro-vaginales. 4º Ophtalmologie-O.R.L. : Coryzas, Rhinites, Sinusites, Aérosols. 5º Dermatologie : Eczéma, Urticaire, Psoriasis, Prurigo. Lichen, Dermites infectées. Allergies. 6º Reconstitution de la masse sanguine. Brûlures. 7º Réanimation. Alimentation artificielle. 8º Modification favorable du terrain. 9º Solvant des antibiotiques.


Contre-indications : Aucune contre-indication. Les premières injections peuvent provoquer une légère réaction avec excitation ou fièvre, sans aucune gravité.


Alors... qui était René Quinton? Comment fonctionne ce sérum marin miraculeux? Pourquoi est-il aujourd'hui tombé dans l'oubli de la communauté médicale? Quelle posologie et quelle galénique doit-on adopter? Quid des critères de qualités face à la pollution des océans?

Voici quelques-unes des interrogations que je me suis posée et auxquelles je vais, à présent, m'efforcer d'apporter des réponses.



Qui était René Quinton?

A la fin du XIXème siècle, Quinton est un autodidacte de la recherche scientifique. Il s'intéresse à la géologie, la paléontologie, la biologie et la physiologie. À partir de 1895, René Quinton découvre, grâce à une série d'expérimentations, la similitude entre le liquide interstitiel dans lequel baignent les cellules animales et l'eau de mer. Cette similitude ne pouvant être le fruit du hasard, il suppose que c'est le résultat des origines de la vie et que cette composition est optimale pour une activité cellulaire maximale. René Quinton appelle ce sérum le « milieu vital »

et énonce sa loi de la constance générale en ces termes :

« En face des variations de tout ordre que peuvent subir, au cours des âges, ses différents habitats, la vie animale, apparue à l’état de cellule dans des conditions physiques et chimiques déterminées, tend à maintenir, pour son haut fonctionnement cellulaire, à travers la série zoologique, ces conditions des origines. »


En 1907, Quinton ouvre son premier « dispensaire marin » à Paris, où il propose son sérum injectable, le plasma marin Quinton, pour restaurer le milieu intérieur des patients, et ainsi recouvrer les conditions de pleine santé. Il soigne les cas désespérés de la médecine, les enfants atteints de choléra ou de dysenterie, les nourrissons prématurés, les grossesses à risque... et rencontre immédiatement un succès fulgurant! Il crée alors d’autres dispensaires dans de nombreuses villes françaises et étrangères.


Outre sa géniale intuition physiologique, on lui connaît également un rôle majeur dans le développement industriel de l'aviation française. De plus, il s'illustre magistralement au cours de la Première Guerre Mondiale, le Maréchal Foch ne tarissant pas d'éloges à son sujet :

« Officier de la plus rare intrépidité dont il est impossible d’énumérer les actes de bravoure…»

A son décès en 1925, des obsèques nationales grandioses sont organisées...



Pourquoi est-il aujourd'hui tombé dans l'oubli de la communauté médicale?

En préambule, il est à noter le destin paradoxal de deux figures éminentes de la recherche médicale de la fin du XIXème siècle : Louis Pasteur et René Quinton, tous deux adeptes de solutions injectables. Le premier eut la plus grande difficulté à convaincre la science de la pertinence de ses vaccins, mais finit par passer à la postérité (l'héritage de ses théories vaccinales inondant même la scène politique, médiatique, sociétale depuis bientôt 2 ans) alors que le second connut un succès immédiat, mais tomba tout aussi rapidement dans un oubli relatif. Pourquoi, me direz-vous?


D'abord le plasma marin Quinton côtoient les premiers vaccins (dépôt sur le marché du vaccin anti-tuberculinique en 1921) et les premiers antibiotiques (la pénicilline d'Alexander Fleming en 1928). Deux idéologies s'affrontent alors pour vaincre les maladies :

- injecter un sérum originel pour corriger la composition du milieu extracellulaire, nourrir le système immunitaire, soutenir le terrain pour obtenir les conditions optimales d'auto guérison (Quinton)

- inoculer un virus affaibli qui force l'organisme a créer une immunité (Pasteur) ou un médicament capable de tuer les bactéries mortelles (Fleming) et ainsi préserver l'organisme artificiellement d'une maladie létale.


Le deuxième procédé thérapeutique est d'une efficacité spectaculaire. De plus, il est basé sur des preuves scientifiques irréfutables, si chère à la nouvelle médecine du rapport Flexner. Enfin, les grandes fondations américaines Rockefeller et Carnegie découvre dans l'industrie pharmaceutique un terrain propice à l’investissement. Ces trois faits écartent définitivement le remède universel et bon marché qu'est le plasma de Quinton. Ce dernier ne sera plus conseillé que par les praticiens alternatifs, soucieux d'utiliser des remèdes naturels.


Aujourd'hui, il n'est plus prescriptible, ni injectable (depuis 1982) ; il est considéré comme un complément alimentaire, et ne peut être utilisé que par voie orale ou cutané. On trouve une foule de marque proposant du plasma marin, dans les magasins bio, parapharmacie et pharmacie, mais leur qualité est très variable.



Comment fonctionne ce sérum marin miraculeux? Quels sont les critères de qualité?


  1. La biodisponibilité : le phytoplancton.


Les humains sont hétérotrophes : leur organisme est incapable de synthétiser lui-même ses composants. Il recourt donc à des sources de matières organiques exogènes (animaux, végétaux, champignons) pour se nourrir. Par opposition, les végétaux chlorophylliens, les cyanobactéries, certaines espèces bactériennes sont autotrophes. Ils tirent leur nourriture de matière inorganique (CO2, sels minéraux, eau, lumière...) et la transforme en matière organique. Ce sont donc les premiers maillons de la chaîne alimentaire.

Ainsi, pour que les minéraux et oligo-éléments soient biodisponibles, c'est-à-dire compatibles et assimilables par notre milieu interne, il est nécessaire que ces derniers soient organiques. Ils ont besoin d’être « transformés » par des végétaux. En effet, les minéraux inorganiques sont délétères pour notre santé car les sels inorganiques peuvent ""s'entasser"" dans les tissus et articulations. C'est pour cette raison que n'importe quel végétal (plantes, légumes, fruits, algues, etc.) nous apportera bien plus de minéraux qu'une eau minérale.


Alors qu'en est-il de l'eau de mer? Dans l'océan, les minéraux sont chélatés par le plancton (micro-organismes marins), et plus particulièrement, par le phytoplancton (algues marines microscopiques) : ils les ''digèrent'', les rendant ainsi biodisponibles sous forme ionique pour n'importe quel organisme hétérotrophe.

On comprend aisément que le lieu de captage en mer est essentiel. Il doit garantir une forte activité planctonique. De plus, certaines eaux peuvent également être très riche en enzymes, vitamines et acides aminés essentiels, ce qui optimise indubitablement la reminéralisation et la revitalisation.


2. La dynamisation : les vortex

Quinton, avait réussi à recenser, avec les moyens à sa disposition à l'époque, 17 éléments dans le plasma marin, mais il avait l'intuition que ce n'était qu'un début. Et avec raison! Car 50 ans après, 2 biologistes américains Gregory et Overberger listèrent l'intégralité des composants minéraux de l'eau marine, à savoir les 92 éléments naturels constituant le tableau périodique de Mendeleïev. Certains sont présents en grandes quantités (sodium, calcium, magnésium, potassium...) et d'autres infinitésimales (cuivre, cobalt, or, argent...) mais nous pouvons ainsi affirmer que tous les minéraux présents sur Terre sont contenus dans l'eau de Quinton, ces mêmes minéraux indispensables à toute vie.

Cependant, pour être certain que l'eau contienne l'intégralité des minéraux indispensables à la vie avec une concentration identique à celle des origines, la zone de puisage doit se situer à un carrefour de forts courants marins qui crée un tourbillon ou vortex, à une profondeur de 10 à 40m. En effet, le mouvement permet le brassage continu de l'eau, la chargeant en électrolytes.



3. Le conditionnement


Enfin, pour éviter de dénaturer cette eau vivante, elle doit être doublement filtrée à 0,22 microns, pour éviter toute contamination par des micro-organismes ou des agents polluants ; et transportée et conditionnée dans des canalisations et récipients en verre pour éviter toute corrosion. Elle doit aussi être protégée de toute source de chaleur qui pourrait altérer ses propriétés.









A quoi servent les minéraux dans notre organisme? Quels peuvent-être les bienfaits de la cure de Quinton? Les sels minéraux sont des composés naturels inorganiques, pouvant être formés naturellement ou synthétisés artificiellement. Ils jouent plusieurs rôles dans l'organisme: – métabolique : ils déclenchent et régulent des milliers de réactions biochimiques. – hormonal : ils servent de messagers chimiques dans le sang pour déclencher des réactions chez les cellules cibles. L’iode en est l'exemple parfait pour la sécrétion des T3 et T4 par la glande thyroïde. – structurale : ils participent à la synthèse des tissus osseux ou conjonctifs. Le sélénium, par exemple est connu pour son rôle majeur dans la pleine santé des phanères (ongles, cheveux). Le fer est un des constituants de l'hémoglobine, responsable de l'oxygénation des cellules.


L'avantage majeur d'une cure de Quinton réside dans le fait qu'elle apporte un ""totum"" minéral, elle peut donc corriger n'importe quelle carence, rééquilibrer et assainir n'importe quel terrain encrassé. Outre toutes les indications datant du début du XXème siècle, qui ont été listées en début d'article, nous pouvons ajouter toutes les pathologies actuelles dites '""de civilisation"". Il ne s'agit bien évidemment pas de guérir d'une neurodégénérescence ou d'une maladies auto-immunes, mais seulement de rétablir les conditions favorables à l'homéostasie.

La présence de plus en plus alarmantes de toxiques dans notre environnement, a donc permis d'ajouter quelques cordes à l'arc du plasma marin:

- surmenage, burn-out

- intoxication aux métaux lourds

- vieillissement cellulaire et cutané

- stress oxydatif lié aux chimiothérapies et radiothérapies

- électrohypersensibilité Quelles sont les règles à connaître avant une cure de plasma marin de Quinton?


  • le plasma isotonique : pour une cure classique de drainage et de reminéralisation. Utile pour tous sans distinction et sans contre-indications!

  • le plasma hypertonique : pour les pratique sportives intensives, les fractures, opérations chirurgicales, chimiothérapies

  • boire le plasma marin à jeun

  • toujours commencer par 10ml par jour, la réaction détoxifiante pouvant être puissante. Puis augmenter graduellement jusqu'à 40 à 60ml par jour

  • Faire des cures de 2 à 3 semaines à renouveler 2 à 4 fois par an suivant les tempéraments.

  • Il existe pléthore de plasmas marins sur le marché des compléments alimentaires. Comment faire le bon choix? En consultant l'excellent tableau comparatifs des fournisseurs ci-dessous, édité par infoplasmamarin.com


Tableau-comparatif-des-fournisseurs-de-plasma-marin
.pdf
Télécharger PDF • 239KB

En conclusion :

Il est, je trouve, vertigineux de concevoir à quel point ce remède universel est disponible à profusion sur notre planète! Et il est d'autant plus vertigineux de constater à quel point nous le fragilisons avec résidus de pesticides, de perturbateurs endocriniens, de plastique, de métaux lourds, avec la radioactivité. Aujourd'hui, il n'existe plus que quelques sites préservés fiables dans le golfe de Gascogne ou au large de la Bretagne. Mais jusqu'à quand?




SOURCES:

Alternatif bien-être n°184 ""plasma de Quinton : l'eau fabuleuse pour retrouver la forme"" Pryska Ducoeurjoly

178 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2 Post
bottom of page